RESSMA Naissance 1

L’idée de Réseau est née à Ghardaïa (Algérie) en 1992, discutée à Rabat (Maroc) en 1995, confirmée à Hammamet (Tunisie) en 1997. En effet les pays du Maghreb vivent un intense processus de transition démographique, économique, politique et sociale. Leurs systèmes de santé sont bouleversés et doivent s'adapter, d'une part, aux nouveaux besoins de santé, et d'autre part, aux nouveaux contextes économique et épidémiologique.

Des réformes des systèmes et des politiques de santé sont engagées dans les trois pays du Maghreb :Définition des priorités sanitaires nationales, élargissement et harmonisation des régimes d'assurance maladie, autonomie des établissements hospitaliers, carte sanitaire et schéma régionaux de planification, déconcentration et décentralisation, nouvelles règles de tarification, de rémunération et de paiement, essai d'introduction de nouveaux outils de gestion et d'évaluation,...

Les réformes en cours nécessitent un renouvellement fondamental des modes d'approche des questions de santé, une utilisation des nouveaux outils et méthodes liés à l’épidémiologie, à l'analyse des systèmes et à l'économie de la santé ainsi qu'une large concertation entre tous les partenaires concernés.

Pour soutenir et approfondir ce processus, diverses personnes liées à des organismes de recherche, des universités, des institutions de la santé et de la sécurité sociale ont senti la nécessité de se concerter et de créer un réseau pour le partage des connaissances, des expériences et des analyses sur les réformes et les systèmes de santé. C’est ainsi qu'est né le Réseau d'Economie et Systèmes de Santé du Maghreb: « RESSMA ».

La consécration a eu lieu en Novembre 1998 à Rabat (Maroc), avec la création officielle d’une association de droit marocain.

Le RESSMA a son siège à Rabat et un secrétariat à l’Ecole Nationale de Santé Publique (Ex-INAS)dans la même ville.

Le réseau RESSMA regroupe actuellement trois pays du Maghreb, la Tunisie, l’Algérie et le Maroc. Il reste ouvert aux autres pays arabes tels la Libye, l'Egypte et la Mauritanie.

Grâce aux fonds alloués par l’OMS, il a été possible, moyennant une action vigoureuse et suivie de tous les membres du réseau, notamment ceux qui sont domiciliés au Maroc, d’équiper le local en matériel informatique, de bureau et fournitures.Institutionnellement, le réseau a un Conseil d’Administration composé de vingt-sept (27) membres (9 par pays) ainsi qu'un Bureau exécutif de neuf (9) membres.

En 2015, une journée de réflexion a été organisé à l’ENSP – Rabat sous le thème « Quel avenir pour le réseau RESSMA ? ». Cette journée s’inscrivait dans le prolongement d’une série d’initiatives et d’actions entreprises au cours des deux années antérieures par les membres du réseau RESSMA. Elle visaità initier une réflexion globale sur le parcours du RESSMA et les opportunités de son développement.

La démarche proposée et développée (en l’intégrant dans un cadrage du contexte) s’est articulée autour des points / questions suivants :

  1. Quels sont les défis et challenges des systèmes de santé maghrébins ?
  2. Quels sont les besoins en études, expertise et développement des capacités, nécessaires pour accompagner le renforcement des systèmes de santé ?
  3. Comment notre réseau devra-il s’organiser pour répondre au mieux à ses besoins ?

Il s’agit de proposer l’organisation la plus adéquate pour chaque pays, en gardant RESSMA, comme réseau fédéré.

  1. Comment moderniser et de le pérenniser le cours de Marrakech ?

C’est à ce niveau que le RESSMA doit intégrersa pénétration subsaharienne.

A l’issue de cette journée, quatre groupes de travail ont été mis en place ainsi que les personnes les constituants. Il s’agit de :

  • Groupe 1 : Charte, Vision, stratégie, culture et valeur. 
  • Groupe 2 : Organisation et financement
  • Groupe 3 : Information et communication
  • Groupe 4 : Offre de formation et de service

A ce jour, seuls les groupes 3 et 4 ont partagés l’état d’avancement et les produits de leurs travaux (ossature du site, note, dépliant et brochure sur le prochain cours).